Le contexte de la loi travail et le rapport Laurent sont autant d’éléments qui montrent que nous devons rester à l’offensive pour exiger de nouveaux droits. Il est temps pour les salariés d’obtenir une nouvelle réduction du temps de travail sans perte de rémunération, sans dégradation des conditions de travail et compensée par la création d’emplois statutaires. Aujourd’hui, les progrès technologiques permettent des gains de productivité au profi t du seul capital et les dividendes versés aux actionnaires n’ont jamais été aussi élevés !

Revendiquer les 32 heures, c’est donc possible économiquement ! Au siècle passé, ces mêmes progrès et, ne l’oublions pas, des luttes durement menées avaient permis de réduire ce temps de travail. Il est possible de franchir une nouvelle étape avec une réduction du temps de travail pour tous qui ne généralise pas les temps partiels abusifs pourvoyeurs de précarité et de pauvreté. Partager le travail est le seul remède pour retrouver le plein-emploi. Car il s’agit aussi de priver le capital de son instrument de chantage privilégié contre les travailleurs : le chômage de masse.


Elections Professionnelles