Nous avons tenu notre engagement, nous continuons de demander l’attribution des trois jours de repos supplémentaires pour tous les agents ayant droit : travail de nuit, travail du dimanche, travail en horaires décalés, travail en équipes, modulations importantes du cycle de travail et travaux pénibles ou dangereux.

Par son expertise et ses relais dans les services, le syndicat CGT a largement contribué au recensement de tous les agents pouvant relever de l’une de ces sujétions particulières et à l’élargissement conséquent de la liste des services et du nombre d’agents concernés faisant passer de 30 à 1094 agents et depuis le dernier Comité technique à 1278 agents, ceux qui peuvent y prétendre. Certains collègues comme les ATSEM, les agents de maîtrise de terrain, les serres de Beauvoir, les magasiniers, les concierges (voir communiqué CGT du 12 Novembre) ont été intégrés. Mais cette situation n’est pas satisfaisante, beaucoup d’agents en sont exclus : les agents d’entretien des écoles, des médiathèques/ludothèque, certains magasiniers, les animateurs, les accompagnateurs RSA, les agents de Qualité des Rejets, les directrices de crèches…

Nous l’avons toujours dit, nous ne lâcherons rien et nous avons raison, pour preuve les 184 agents rajoutés lors du dernier CT . Le rendez-vous pris avec le Maire Président a permis de relancer des négociations sur les sujétions particulières, nos nombreux rendez-vous avec la RH et les collègues concernés ont permis de présenter des dossiers solides. Pour tous les agents encore injustement exclus, nous avons demandé le résultat de l’enquête faite par l’administration pour étudier les motifs. Nous continuons le combat.

Au-delà du temps de travail, nous sommes aussi très inquiets de l’avenir des services publics. Le démantèlement du service public est bien en marche à Grand-Poitiers. En effet, lors du dernier CT, dans un dossier présenté comme une simple réorganisation, nous avons dénoncé la privatisation ou l’externalisation du métier de chauffagiste. Cette réalité s’inscrit dans une volonté non assumée de supprimer une partie des métiers de notre communauté urbaine. Nous avons déjà dénoncé la réduction des effectifs du Centre Technique Communautaire et à chaque fois sous prétexte d’améliorer le service public. Nous affirmons que c’est une erreur. Nous avons un savoir-faire, une diversité de compétence qui nous permet d’avoir une réactivité tant pour les usagers que pour nos propres services. Notre collectivité devrait en être fière. Nous dénonçons avec fermeté ce choix et nous apportons notre soutien sans faille à tous les agents concernés.

Dans la presse:

Centre presse: La CGT dénonce la disparition des métiers

La nouvelle république: La CGT Territoriaux dénoncent les choix de Grand Poitiers

Elections Professionnelles

Suivez nous sur Facebook

Notre chaîne Youtube